Réalité virtuelle : Immersion, Présence et Empathie

immersion présence speedernet sphere réalité virtuelle

“Talking about virtual reality is like dancing about architecture.”

Chris Milk

Article rédigé par Benjamin Fuzet

Un sujet qui revient très souvent quand on parle d’expérience immersive, c’est l’immersion. Rien d’étonnant quand on essaie de définir les différentes modalités qui se cachent derrière le terme réalité virtuelle (VR) (allez voir le précédent article qui parle des 3 modalités de la VR). Malheureusement, ce concept d’immersion est fréquemment mal compris. Je vous propose donc une explication rapide et claire de ce qu’est l’immersion, ainsi que sur le concept de présence qui lui est lié.

IMMERSION

Définir l’immersion dans le cadre de la réalité virtuelle est beaucoup plus simple qu’il n’y paraît. Si je m’appuie sur l’un des ouvrages les plus populaires sur la VR, le Traité de la Réalité virtuelle, la VR peut se définir selon deux principaux ressorts :

  • Un ressort technologique, soit l’ensemble des outils permettant l’expérience,
  • Un ressort individuel, soit la construction subjective de l’expérience.

L’immersion est dépendante du ressort technologique de la réalité virtuelle, elle est définie comme le “degré d’objectivité avec lequel le système de réalité virtuelle contrôle les récepteurs sensoriels de l’utilisateur” (qu’il soient visuels, auditifs, interactifs, informatifs, etc.).

Ce qu’il faut comprendre, c’est que le degré d’immersion n’est pas dépendant de l’utilisateur, mais de la technologie utilisée. Par conséquent, il existe plusieurs niveaux d’immersion pour les expériences en réalité virtuelles, degrés d’immersion qui sont dépendants des supports de diffusion utilisés. La réalité virtuelle peut donc englober des expériences pleinement immersives comme très peu immersives.

PRÉSENCE ET CRÉDIBILITÉ

Le ressort individuel de la réalité virtuelle fait écho au concept de présence, qui peut être défini comme le “sentiment d’être là physiquement dans l’environnement virtuel”, où l’utilisateur perçoit l’environnement qui l’entoure comme réel, en oubliant le rôle de la technologie. Ce sentiment de présence est atteint lorsque l’utilisateur focalise son attention sur l’aspect virtuel de l’expérience, plutôt que sur son inscription dans la réalité (la salle dans laquelle il se trouve physiquement, le sol sur lequel il est en contact, le casque sur sa tête, etc.) : c’est ce qu’on appelle l’illusion perceptive de non-médiation.

Pour que l’utilisateur vive son expérience à 100%, en termes cognitifs, perceptifs et psychologiques, qu’il se sente “présent”, il doit juger cette dernière comme crédible et réaliste. C’est-à-dire que l’expérience offre des conditions d’actions fonctionnelles, naturelles et intuitives, autrement dit que l’environnement virtuel répond naturellement aux actions de l’utilisateur (Il existe plusieurs dimensions à la présence : personnelle, sociale, environnementale et d’action, mais nous reviendrons sur ces points dans un autre article).

EMPATHIE

Une autre notion qui revient souvent lorsqu’on parle de réalité virtuelle, est la notion d’empathie. 

Eric Darnell (co-réalisateur des films Madagascar et directeur des effets spéciaux sur Shrek) est un défenseur de l’idée que la réalité virtuelle est le média d’un storytelling nouveau fondé sur l’empathie. En effet, une relation inédite de proximité entre l’utilisateur et le contenu est permise par les technologies immersives et soutenue par le concept de présence.

La principale force de la réalité virtuelle est de ne pas proposer un storytelling linéaire, mais un storytelling unique qui se crée par ce que voit et fait l’utilisateur. Pour une expérience immersive, chaque utilisateur retire une expérience différente car chacun regarde le monde qui l’entoure d’un point de vue différent et interagit avec de façon différente.

“VR is a machine that makes us more human”

Chris Milk

CONCLUSION

L’immersion n’est donc pas une formule magique, c’est simplement une échelle qui se règle en fonction de la technologie utilisée. C’est le sentiment de présence qui est personnel. Les expériences immersives se situent ainsi dans ce continuum objectivité/subjectivité, reflétant la polarisation des ressorts technologiques et individuels. L’immersion et la présence sont donc deux notions complémentaires

Les avantages en formation ? Un sentiment de présence élevé correspond à un meilleur taux de concentration, et par extension à un meilleur taux d’acquisition et de rétention.

Et vous, dites-nous en commentaire ou sur les réseaux sociaux si vous avez déjà ressenti un état proche de la présence en VR et si oui, dans quelles circonstances ?

Enfin, nous vous proposons d’aller encore plus loin dans l’immersion, à travers notre précédent article !

Abonnez-vous à notre newsletter

Et gardons le contact. Vous recevrez de nos nouvelles avec les derniers articles, nos vidéos et bien plus !
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Laissez un commentaire